Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Covid-19 en France

144 921 cas en France (+ 115).

28 367 morts (+ 35) :

  • 18 022 morts à l'hôpital (+ 35) ;
  • 10 345 morts en EHPAD et EMS (+ 0) ;

1 655 personnes sont en réanimation (- 10) : 46e baisse consécutive.

17 185 hospitalisations (+ 7)

64 617personnes sont guéries  (+ 70).

Publié par Vigie Orange

A l’origine du mouvement des " Gilets Jaunes ", le prix du pétrole avait atteint des sommets début octobre 2018 avec 86 $ pour le baril de Brent (référence européenne).
Depuis cette date, nous vivons un « contre-choc pétrolier », c’est-à-dire une baisse forte et inattendue du prix du baril qui a atteint 57 $ ce mardi 18 décembre soit une baisse d’un tiers sur 2 mois et demi, dont - 10 % rien que la semaine dernière.
 
La Vigie Orange vous détaille les principales raisons de ce contre-choc pétrolier :
 
1/ Surproduction : Depuis cet été, les principaux pays producteurs ont fortement augmenté leur production. L’Arabie Saoudite atteindrait ainsi les 11 millions de barils par jour, soit 1 million de plus qu’en début d’année. Par ailleurs, les Etats-Unis, grâce aux pétrole de schiste accentue cette situation de surproduction. L’excédent de production est ainsi estimé à environ 2 millions de barils.
 
2/ Les sanctions américaines sur la production de l’Iran auront finalement été moins sévères que prévu permettant, notamment, à la Chine de continuer à s’approvisionner massivement sur le marché iranien.
 
3/ Les évolutions récentes : des effets spéculatifs ? La baisse récente de près de 10 % reste, à ce stade, inexpliquée mais les premières analyses tendent vers le pessimisme des opérateurs, le déclenchement automatique d’ordres de ventes et, plus largement, la spéculation de certains acteurs pariant sur la baisse des cours.
Pourquoi vivons-nous un nouveau contre-choc pétrolier ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article