Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Covid-19 en France

144 921 cas en France (+ 115).

28 367 morts (+ 35) :

  • 18 022 morts à l'hôpital (+ 35) ;
  • 10 345 morts en EHPAD et EMS (+ 0) ;

1 655 personnes sont en réanimation (- 10) : 46e baisse consécutive.

17 185 hospitalisations (+ 7)

64 617personnes sont guéries  (+ 70).

Publié par Vigie Orange

C'est l'une des causes de la crise des "Gilets Jaunes" : la difficulté de payer son chauffage ou "précarité énergétique". Elle recule difficilement ces dernières années mais la situation devrait s'améliorer, au moins en 2019, grâce à la baisse du tarif réglementé du gaz de 1,9 % dès ce mois de janvier, le gel de celui de l'électricité et grâce à la hausse de 50 € et à l'élargissement du "chèque énergie".

 

La situation en 2017

Selon l'ONPE (Observatoire national de la précarité énergétique), en 2017, 11,6 % des ménages étaient en situation de précarité énergétique. Cela représente 3,3 millions de foyers, c'est-à-dire quelques 6,7 millions de personnes. Sont considérés en précarité énergétique les ménages qui respectent deux critères :

1/ ils consacrent plus de 8 % de leur budget aux dépenses d'énergie dans leur logement (le taux médian de ces dépenses étant de 4 %, c'est-à-dire que la moitié des ménages dépenses moins de 4 % de leur budget, l'autre moitié plus de 4 %) ;

2/ et ils font partie des 30 % des ménages les plus modestes (en prenant en compte la composition du ménage).

Ainsi, ce sont plus d'un tiers des ménages les plus modestes qui sont en situation de précarité énergétique.


L'évolution de la situation depuis 2013

En 2013, 14,5 % des ménages étaient en situation de précarité énergétique. La baisse de 2,9 points en 4 ans représente environ 870 000 foyers sortis de cette situation. Cette baisse, selon l'ONPE, s'explique pour :

  • 1,1 point, soit près de 330 000 foyers, par l'effet météo, l'année 2017 ayant été sensiblement plus douce que 2013 ;
  • 0,7 point, soit près de 210 000 foyers, par la progression des revenus des ménages ;
  • 0,2 point, soit près de 60 000 foyers, par l'évolution du parc de logements et de chauffage ;
  • 0,9 point, soit près de 270 000 foyers, par une baisse de la consommation (hors météo), notamment les comportements de restriction pour maîtriser sa facture.

Enfin, les hausses des taxes ont été compensées par la baisse des prix de l'énergie hors taxe et n'ont donc pas eu un effet neutre sur la précarité énergétique.

L'objectif du Gouvernement est de descendre à 9,5 % de ménages en précarité énergétique en 2028, notamment grâce à la rénovation des "passoires thermiques" et au remplacements des chaudières à fioul.

 

Et en 2019 ?

En 2019, le nombre de foyers en situation de précarité énergétique devrait reculer. 

En effet, les prix réglementés du gaz, après une baisse de 1,9 % en janvier, devraient continuer à refluer pendant quelques mois. Les prix du pétrole sont plus bas qu'en 2018 et devraient donc moins peser sur le budget des ménages se chauffant au fioul. Enfin l'électricité verra son tarif réglementé gelé jusqu'au printemps.

Par ailleurs, le chèque-énergie sera porté à 200 € et élargi pour bénéficier à 5,8 millions de foyers.

Mais qu'est-ce que le chèque-énergie :

  • Il est envoyé automatiquement aux bénéficiaires, sans qu'aucune démarche ne soit nécessaire.
  • Il peut être directement utilisé auprès du distributeur d'énergie, pour régler sa facture.
  • Il peut être utilisé pour des travaux de rénovation énergétique.
  • En 2018, pour une personne seule, il était, au maximum, de 144 €. En 2019 il est augmenté de 50 € pour atteindre 194 €.
  • En 2018 il bénéficiait aux ménages ayant un revenu fiscal de référence (RFR, disponible sur le dernier avis d'impôt sur le revenu) inférieur à 7 700 €. En 2019 il sera élargi à tous ceux ayant un RFR inférieur à 10 700 €. Cela portera le nombre de bénéficiaires de 3,6 à 5,8 millions de foyers
La précarité énergétique recule en France ... en partie grâce à la météo !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article