Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Covid-19 en France

144 921 cas en France (+ 115).

28 367 morts (+ 35) :

  • 18 022 morts à l'hôpital (+ 35) ;
  • 10 345 morts en EHPAD et EMS (+ 0) ;

1 655 personnes sont en réanimation (- 10) : 46e baisse consécutive.

17 185 hospitalisations (+ 7)

64 617personnes sont guéries  (+ 70).

Publié par ViJO

Les JO de Tokyo de 2020 ont été attribués à la capitale japonaise le 7 septembre 2013, devant Madrid (Espagne) et Istanbul (Turquie). Madrid a été éliminée au premier tour alors qu'Istanbul n'a obtenu que 36 voix, contre 60 pour Tokyo, au second tour du vote.

Depuis, plusieurs magistrats de différents pays soupçonnent  les responsables du comité de candidature de Tokyo d'avoir organisé le versement de pots-de-vin à des membres africains du Comité international olympique (CIO) en s'appuyant sur une société-écran basée à Singapour.

A l'issue d'une longue enquête, le juge français Renaud Van Ruymbeke a décidé de mettre en examen Tsunekazu Takeda, qui avait participé à la candidature de la capitale japonaise, pour corruption active.

 

Qui est Tsunekazu Takeda ?

Tsunekazu Takeda dirige le comité olympique japonais depuis 2001 et est, au Japon, une personnalité incontournable lors qu'il s'agit d'olympisme. Arrière-petit-fils de l'empereur Meiji, il avait représenté le Japon dans les épreuves d'équitation au JO de 1972 à Munich (Allemagne) et de 1976 à Montréal (Canada).

 

Comment aurait été organisée la corruption ?

La mise en examen prend notamment appui sur deux virements effectués en 2013 par le comité de candidature japonais à "Black Tidings", structure basée à Singapour pour un montant de 230 millions de yens (1,84 million d'euros). Cette société serait, selon les magistrats français, liée à Papa Massata Diack, membre du CIO et actuellement mis en examen en France pour des faits de corruption passive et d'abus de confiance. L'adresse de l'entreprise était située dans un appartement d'une tour d'HLM.

Selon Tsunekazu Takeda, ces virements correspondaient à des rémunérations de consultants. En effet il a annoncé avoir demandé des rapports d'analyse à Black Tidings, connue à l'époque pour être proche des dirigeants de l'athlétisme mondial, pour renforcer son lobbying auprès de ces officiels, la candidature de Tokyo manquant, à cette époque, de soutien dans cette discipline.

Soupçons de corruption dans l'attribution des JO 2020 à Tokyo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article