Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Covid-19 en France

144 921 cas en France (+ 115).

28 367 morts (+ 35) :

  • 18 022 morts à l'hôpital (+ 35) ;
  • 10 345 morts en EHPAD et EMS (+ 0) ;

1 655 personnes sont en réanimation (- 10) : 46e baisse consécutive.

17 185 hospitalisations (+ 7)

64 617personnes sont guéries  (+ 70).

Publié par Vigie Orange

Envisagé depuis plusieurs années, la réforme du CITE (crédit d'impôt pour la transition énergétique), dont le coût pourrait dépasser les 2 milliards d'euros en 2019, sera discutée cette automne à l'occasion des débats budgétaires.

Lancé en 2005, ce crédit d'impôt est remboursé aux ménages environ 1 an après les travaux, rendant son utilisation limitée pour les ménages ne pouvant pas réaliser l'avance de trésorerie. Le CITE sera donc transformé en prime directement versé au moment des travaux. Face au coût de la réforme, avec, l'année de la bascule, le paiement du CITE de l'année précédente qui se cumulera aux premières primes versées, mais aussi un recours plus élevé des ménages les plus modestes à ce dispositif, la transformation se fera en 2 temps et les ménages les plus aisés en seront exclus.

Alors que les 20 % des ménages les plus aisés perçoivent actuellement plus de la moitié du montant du CITE (soit près d'un milliard d'euros), ils seront exclus du nouveau dispositif, et ce dès le 1er janvier 2020, qui sera donc recentré sur les 80 % des ménages les plus modestes. Pour les 40 % les plus modestes, la transformation en prime sera effective dès le 1er janvier 2020. Pour les autres (les déciles 5 à 8), ils resteront assujettis au CITE en 2020 avant de passer dans le régime de la prime au 1er janvier 2021. A cette date, le CITE sera donc intégralement transformé en prime directe.

Le CITE était victime d'un dévoiement de son utilisation vers des travaux pas toujours très efficaces du point de vue énergétique. La prime, elle, sera conditionnée à la performance énergétique des travaux. Elle dépendra des revenus du foyer, selon 3 tranches et sera comprise entre 2 000 et 11 000 €. Pour l'isolation des murs ou l'installation de double vitrage, le montant sera exprimé en euros par mètre carré, de 15 à 40 € selon les revenus. L'isolation des combles et les chaudières gaz à haute performance énergétique seraient exclues des aides pour les revenus intermédiaires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article