Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Covid-19 en France

144 921 cas en France (+ 115).

28 367 morts (+ 35) :

  • 18 022 morts à l'hôpital (+ 35) ;
  • 10 345 morts en EHPAD et EMS (+ 0) ;

1 655 personnes sont en réanimation (- 10) : 46e baisse consécutive.

17 185 hospitalisations (+ 7)

64 617personnes sont guéries  (+ 70).

Publié par Vigie Orange

C'est un phénomène lent, insidieux et quasiment invisible au quotidien, mais les effets à long terme sont bien réels : l'érosion du littoral français se poursuit et a même tendance à s'accélérer sous l'effet de la montée du niveau des mers, l'une des conséquences du réchauffement climatique.

Un rapport de "La Fabrique Ecologique" rappelle qu'un quart du littoral est grignoté par la mer et que 1,4 million de résidents et 850 000 emplois sont potentiellement menacés. Le coût des dommages dus à une montée des eaux de 45 centimètres est estimé entre 3 et 4 milliards d'euros par an. Si le niveau des eaux montait d'un mètre, ce seraient 355 kilomètres d'autoroute, près de 2000 km de voies ferrées et plus de 4300 km de routes départementales qui seraient noyés.

La France ne semble pas idéalement dotée pour faire face à ces risques. Les ouvrages tels que les digues, les épis ou les enrochements ne font souvent que déplacer le problème et, surtout, coûtent cher aux collectivités locales. Le kilomètre de digue en enrochement a ainsi un coût de 1,8 million d'euros alors que le mètre de brise-lames coûte, lui, 6 000 euros. A Lacanau (33), la facture atteindrait ainsi 6,2 millions d'euros d'ici 2040.

La solution de la relocalisation des biens et des activités reste marginale car très chère. A Lacanau, cela aurait un coût de 236 millions d'euros soit 5 fois plus que le coût de renforcement des ouvrages de défense.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article